Projet développement de l’entrepreneuriat agricole : Solidar Suisse Burkina renforce les capacités des bénéficiaires

Le groupement des producteurs maraichers de Salogo, membre de l’Association Béog Néeré du Ganzourgou (ABN /G) est l’heureuse gagnante du projet développement de l’entreprenariat agricole financé par Solidar Suisse au Burkina Faso.

D’une durée de trois ans, ce projet devra permettre aux producteurs agricoles du groupement des producteurs maraichers de Salogo de s’auto promouvoir. Pour parvenir à cette autopromotion, Solidar Suisse au Burkina Faso envisage à travers ce projet, mettre en place un site maraicher, une unité de production du compost enrichi, construire un magasin de stockage d’oignon, et développer une unité de transformation du moringa.

Avant que les bénéficiaires ne soient plongés dans les activités du projet, une formation sur la vie associative a été initiée par Solidar Suisse à leur profit. L’objectif de cette formation étant de permettre aux membres du groupement qui sont au nombre de quatre vingt onze (91) de maitriser les règles de fonctionnement et les techniques de gestion d’un réseau associatif afin de gérer au mieux leur groupement et atteindre les objectifs du projet. C’est durant trois 3 jours (du 15 au 17 Mai 2018), au sein de la mairie de Salogo dans la province du Ganzourgou, que les membres du groupement ont été inondés des bonnes manières de conduire une association.

La formation était interactive et c’est avec beaucoup d’intérêt que les participants ont suivi cette formation qui vient les outiller sur la gestion de leur groupement. Ils apprécient : selon Kaboré Saydou, président du groupement des producteurs maraichers de Salogo la formation a été très bénéfique pour lui. Les connaissances acquises leur permettront de mieux administrer leur groupement. « Après cette formation, nous voyons que notre groupement est à l’image d’un conducteur de véhicule sans permis de conduire. Notre association n’avait pas encore de récépissé, mais la formation a donné un coup de pousse à notre volonté de régulariser la situation de notre groupement. Nous allons entamer la procédure pour acquérir le récépissé et organiser une assemblée générale pour la réélection des membres du bureau. Nous allons bien manager notre groupement pour arriver à atteindre les objectifs du projet que nous avons bénéficié  » soutien Monsieur Kaboré . Il ajoute qu’il est très content de ce nouveau projet car il est concret. « En plus de la formation que nous avons reçue, le magasin de stockage d’oignons est en construction, les membres du groupement participent aux travaux de construction en ramassant le sable, en puisant de l’eau, en arrosant les briques et la partie déjà construite du magasin. Nous sommes tous contents de ce que nous voyons déjà  »

Pour madame Kiemtoré Rasmata , la formation leur a apporté de la lumière « nous avons vu à travers cette formation que notre façon de travailler n’est pas organisée, nous fonctionnons sans règlement intérieur. Lorsqu’on convoque une réunion, les heures ne sont pas respectées, certains ne participent même pas aux échanges. En tant que femme j’ai beaucoup apprécié la partie de la formation où il est dit que les femmes doivent avoir leur place au sein des groupements et que leurs idées doivent être acceptées au même titre que celles des hommes  » confie madame Kiemtoré.

« Nous les femmes allons joindre nos forces à celles des hommes pour faire de notre groupement un model et réussir notre projet sur le développement de l’entreprenariat agricole »

Selon Alidou Compaoré, coordonnateur du projet, la formation a beaucoup intéressé les bénéficiaires car tous les quatre vingt onze (91) membres du groupement étaient présents et ils ont respecté les heures de la formation. Pour lui, la formation va redynamisé certains membres inactifs du groupement. Il faut dire selon Alidou Compaoré que les femmes ont beaucoup participé à la formation et disent avoir pris conscience de leur rôle au sein du groupement.

Monsieur Compaoré exprime sa conviction quant au succès du projet développement de l’entreprenariat agricole car les bénéficiaires sont suffisamment imprégnés de la méthode de travail et ils promettent réunir les efforts pour produire les résultats escomptés.

Pélagie SANDWIDI
Yam-Pukri